Questions/Réponses

1. Quel genre de Tai-Chi Chuan pratiquons-nous dans notre école?
Nous pratiquons le Tai-Chi Chuan combiné 67 mouvements. Cette forme a été crée par plusieurs maîtres de Tai-Chi Chuan dans les années 60 et elle a été adoptée en 1958 comme première forme officielle du Comité Athlétique National chinois. C'est une forme de synthèse qui contient des éléments des anciennes formes de famille. La Chine ayant depuis créé plusieurs nouvelles formes officielles, nous pourrions presque dire que nous pratiquons la "vieille" forme moderne.
2. Quel sont les autres styles de Tai-Chi Chuan.
Le style Chen, Yang, Sun, Wu, Wo et Fu.
3. Qui est à l'origine du Tai-Chi Chuan?
L'origine historique du Tai-Chi Chuan est controversée. Nous considérons deux théories officielles qui expliquent les racines de notre art martial.
L'une d'elle donne le moine taoïste Chang San-Feng comme créateur du Tai-Chi Chuan. Ce moine aurait vécu au 14e sciècle après JC en ascète dans les montagnes du Wudang et aurait créé le Tai-Chi Chuan suite à son observation d'un combat entre un serpent et un oiseau. Une autre légende dit que Chang San-Feng aurait reçu le Tai-Chi Chuan par une fée dans un songe. L'existence historique de ce moine est remise en question par les historiens.
L'autre théorie fait suite à la découverte de documents officiels du 18e sciècle, qui mentionnent Chen Chang-Xing comme pratiquant et enseignant le Tai-Chi Chuan et relient ainsi le Tai-Chi Chuan au clan de la famille Chen. Il est largement admis que le clan Chen est à l'origine du Tai-Chi Chuan et en même temps que Chang San-Feng est le père fondateur du Tai-Chi Chuan.
Ces deux théories peuvent paraître contradictoires, cependant, nous pouvons très bien les intégrer ensemble si nous acceptons Cheng San-Feng comme père fondateur légendaire et les archives officielles du Tai-Chi Chuan qui mentionnent le clan Chen à l'origine de la pratique.
Dans tous les cas, le Tai-Chi Chuan est un art martial qui a acquis sa qualité spécifique à travers une évolution et à partir d'autres arts martiaux.
4. Quel est le symbole représentant le Tai-Chi Chuan et quelle est sa signification ?
Le symbole s'appelle taiji et représente deux poissons, l'un noir, l'autre blanc soit le Yin et le Yang. Le poisson blanc est le Yang et le poisson noir est le Yin.

Chaque poisson dans son entité contient la "graine" de l'autre (le petit rond de couleur opposée en son centre) et ainsi nous rappelle la transformation cyclique de l'un dans l'autre et leur interdépendance. En regardant le symbole, on voit les deux poissons tourner dans le sens des aiguilles de la montre. Donc, avec le symbole Taiji (ou tout court : Yin-Yang), nous avons la représentation de la polarité universelle.

La traduction exacte du mot Taiji serait "le faîte suprême" - il s'applique au nom Yin-Yang, il est intégré dans la philosophie chinoise. C'est une façon pittoresque de faire la différence entre le haut et le bas, le dedans et le dehors, le début et la fin, etc.

Et Tai-Chi Chuan (Taijiquan) signifie la boxe (l'art martial) de la polarité.
5. Quelles sont les principales techniques sur lesquelles est basé le Tai-Chi Chuan?
Elles sont au nombre de 13 soit 5 techniques pour les pieds et 8 pour les mains. Les techniques pour les pieds sont : avancer, reculer, tourner à droite, tourner à gauche et rester au centre. Celles pour les mains sont : parer (Peng), presser (Ji), tirer (Lu), appuyer (An), cueillir (Tsai), coup d'épaule (Kao), tordre (Lie) et coup de coude (Zhou).
6. Les 8 techniques pour les mains sont divisées en 2 groupes distincts. Quatre sont orientées sur les 4 directions cardinales et les 4 autres sur les diagonales. Lesquelles font partie du premier groupe constituant le carré ?
Ce sont Peng, Lu, Ji et An. Ce sont les énergies orientées de face, un tui-shou qui permet d'établir un flux ininterrompu entre deux partenaires. Cette petite série s'appelle Xiao Lu.
7. Nous avons donc vu Peng, Ji, Lu et An. Il nous reste maintenant les 4 autres technique des mains pour compléter la liste des 8 techniques des mains du Tai-Chi Chuan. Quelles sont-elles ?
Ce sont : Cai, Lieh, Kao et Zho.
Ces quatre techniques sont aussi appelée Da LU ou Grandes Diversions ou encore les Techniques des quatre coins.
Les forces en jeu sont ici plus martiales et rompent le contact avec l'adversaire. On pourrait dire que les techniques diagonales sont des technique d'urgence et secondaires au techniques du carré.
8. Qu'est ce que le Chi ou le Qi ?
On pourrait traduire « Qi « par le Souffle, le Fluide, l'Energie Vitale ou encore par Prana si on prend le terme du Yoga ou le Ki dans la tradition Japonaise. Dans la tradition chrétienne, on parlerait du Souffle de Dieu. En d'autres termes, c'est ce qui anime le vivant. Les chinois utilisent aussi le mot Qi pour parler de l'environnement comme nous nous parlons de vibrations.
9. Qu'est ce que c'est le Wu Chi et quelle est la signification de la position nommée Wu Chi?
Dans la cosmologie chinoise, le Wu Chi est la mère du Yin et du Yang.
Le "Wu Chi" correspond à l'état originel, celui d'avant la séparation entre les forces polaires nécessaires pour engendrer tout mouvement ou création.
Ainsi nous utilisons la position Wu Chi en préliminaire de la forme, une position debout sans séparation du Yin et du Yang afin de nous centrer : le poids également réparti sur les deux pieds, le corps aligné de telle façon qu'il forme une unité entre le haut et le bas, la gauche et la droite, les bras connectés ou énergétiquement englobés dans le torse. L'esprit, la respiration et le corps physique s'ajustent pour simplement ETRE entre ciel et terre. Cette position donne libre cours à un échange des énergies du ciel et de la terre au travers de notre corps et nous ressource. On pourrait dire que c'est une façon de charger nos batteries et d'entrer avec justesse dans les mouvements du Tai-Chi Chuan.
10. Pourriez-vous nommer 5 characteristiques par lesquelles on reconnaît le Tai-Chi Chuan?
Selon sifu Bow Sim Mark:
1) continuité du mouvement
2) calme dans le mouvement
3) relaxation dans le mouvement
4) harmonie entre l'intérieur et l'extérieur
5) harmonie entre la souplesse et la fermeté

On dit que les mouvements de tai-chi chuan doivent découler comme une grand rivière, continue et calme, sans interruption. Le corps bouge avec un effort minimale musculaire, de façon détendu.
11. Comment peut-on traduire Dantien?
Dantien est le terme Chinois pour le centre énergique. En fait, nous travaillons avec 3 Dantien,
3 centres énergiques qui correspondent également aux 3 trésors: Jing, Chi, Shen.

Le Dantien inférieur se trouve env. 2 doigts plus bas que l'ombilic, à l'intérieur de l'abdomen et il est le centre qui est associé au Jing.
Le Jing est le trésor qui exprime la création, la sexualité, la manifestation, au mouvement. On pourrait le comparer à la lumière (ampoule)

Le Dantien du milieux se trouve dans la poitrine et est associé au Chi.
Ce centre collecte tout nouvelle énergie qui nous revient par la respiration, l'alimentation et les relations. On pourrait comparer le Chi à l'éléctricité.

Le Dantien supérieur se trouve entre les sourcils et est associé au Shen. Ce centre est le siège de l'énérgie mentale, concentration, intellectuel et
spirituel, de l'abstrait. Shen est l'expression de son spiritualité. On pourrait dire: c'est le maître éléctricien.

Les trois Dantien sont d'importance égale dans le tai-chi chuan, même qu'on travaille au début plus sur le dantien inférieur. C'est parce' qu'il est associé au
mouvement, à l'expression de l'énergie. Plus tard on travaille plus sur le deuxième dantien, associé à la respiration et le chi. La 3e étappe serait le travail sur
le dantien supérieur. Le but est de veiller tout long sur les 3 trésor qui sont interdépendant.
12. Connaissez-vous les 10 règles de Tai-Chi Chuan donné par Yang Cheng-Fu (1883-1936) ?
1. Mettre l'énergie au sommet de la tête, garder l'esprit vif et détendu
2. Rentrer la poitrine et étirer le dos
3. Relâcher la taille
4. Distinguer le plein et le vide
5. Baisser les épaules et les coudes
6. Employer la pensée et non la force musculaire
7. Relier le haut et le bas
8. Unir l'intérieur et l'extérieur
9. Bouger dans la continuité - sans interruption
10. Rechercher le calme dans les mouvements
13. Est-ce que la codification des mouvements et des enchaînements fait loi ou a-t-on le droit de faire des changements ?
Le Tai-Chi Chuan est un héritage. En tant qu'élèves, nous sommes liés à la codification donnée par respect pour les créateurs de ces enchaînements et pour la tradition. Toute modification doit être faite consciemment et non par négligence.
Pour les pratiquants, cette codification assure un développement correct de l'art et libère également l'esprit pour permettre une concentration sur le travail interne.
Il faut arriver à une maîtrise profonde pour pouvoir créer ses propres enchaînements car toute modification implique ou signifie le début d'un nouveau style. Par exemple, le style Yang est le résultat des modifications apportées par Yang Lu Chan, le style Cheng Man Ching, le résultat des modifications apporté par le maître sur le style Yang, ou encore le style William Chen, le résultat des modifications du maître sur le style Cheng Man-Ching.
Néanmoins, le Tai-Chi Chuan est avant tout une façon de bouger et cela peut être entraîné par improvisation libre tout en respectant l'essentiel (voir question 12).
14. Par le passé, nous savons que les maîtres étaient très respectés par leurs élèves et très vénérés. Comment cette relation maître/élève a-t-elle évolué dans le Tai-Chi Chuan ?
C'est vrai que la relation entre maître et élève était bien différente dans le temps. Nous avons tous entendu des récits de disciples attendant fort longtemps devant la porte du maître avant d'être accueilli dans son école ou de tâches imposées aux élèves (comme nettoyer les lieux, p.ex) en signe de complète soumission. En Chine, ce code de comportement était sans doute inspiré par le confucianisme lui-même basé sur un ordre hiérarchique de la société comme le respect des jeunes envers les aînés, de l'élève envers son maître, ou encore des femmes envers les hommes. Depuis, la société a changé et la philosophie de Confucius a perdu de son poids sur la société qui s'est généralement redéfinie. Il ne reste, par exemple, plus que quelques écoles qui pratiquent le Bai Shi, l'initiation ritualisée qui lie moralement l'élève au maître et à son enseignement dans les écoles de Tai-Chi Chuan.

En Europe, la relation élèves/professeurs est généralement libre de contrainte autre que celle du respect mutuel. Il va de soi qu'une certaine éthique découle naturellement d'une pratique comme le Tai-Chi Chuan qui est par ailleurs aussi un exercice de développement de soi. Le professeur doit se comporter avec bienveillance envers ses élèves et les élèves doivent reconnaître les connaissances de leur professeur et faire confiance en son jugement. C'est pour ces raisons que les bons élèves n'enseignent pas la transmission sans l'accord de leur professeur.
15. Il est écrit dans les textes : Sans montagnes (sans bosses), ni vallées (ni trous). Qu'est-ce que cela signifie ?
Le mouvement doit être fluide sans extrêmes. L'alignement du corps doit être dans une ligne douce et continue.
16. Quelle est la différence entre le Qigong et le Neigong?
Sous le mot de Qigong, on regroupe tous les exercices énergétiques chinois. Le mot Neigong quant à lui regroupe plus précisément les exercices internes.
Le Qigong lorsqu'il est précisé par le mot Neigong est pratiqué dans les arts martiaux pour augmenter la force interne et protéger le corps des attaques violentes.
Le Qigong lui est pratiqué pour la santé en général; il est normalement accessible à tout le monde. Le Neigong demande un plus grand investissement physique et mental que le Qigong de santé.
17. Est-ce que c'est plus efficace de s'entraîner à l'intérieur où à l'extérieur?
Il est bien connu que les chinois s'entraînent dans les parcs, tôt le matin. Mais cela concerne un Tai-Chi Chuan populaire, souvent décrit comme une sorte de gymnastique de santé.
Evidemment, c'est un avantage de pouvoir travailler dans un environnement sain et propre, avec de l'air frais. Ces conditions peuvent être réunies tant dehors que dedans. Le lieu où l'on pratique le Tai-Chi Chuan relève davantage d'un choix personnel.
Nous disposons à l'école d'une salle créée pour le Tai-Chi Chuan et entrer dans le wuguan nous met immédiatement dans l'ambiance Tai-Chi Chuan. Il est plus facile de se concentrer dans un espace protégé à l'abri des regards, de spectateurs et des distractions qu'on rencontre inévitablement dans la nature. C'est pour ces raisons que nous dispensons, dans notre école, presque tous les enseignements à l'intérieur du wuguan.
Par contre, lorsqu'on se trouve dans une nature pure et forte, l'envie de jouer du Tai-Chi Chuan vient de soi et la communion avec l'environnement donne une force extraordinaire.
18. À quel rythme faut-il s'entraîner pour faire des progrès?
L'apprentissage du Tai-Chi Chuan passe d'abord par la tête puis doit mûrir dans le corps.
On pourrait dire, que le corps doit se reprogrammer pour exécuter des mouvements justes selon les règles du Tai-Chi Chuan. Il n'y a que la répétition inlassable qui peut imprimer la façon de bouger son corps.
Dans notre école nous n'imposons pas une pratique journalière mais recommandons un entraînement régulier à un rythme compatible avec l'agenda de chacun. En aucun cas nous ne voudrions ajouter un stress supplémentaire aux devoirs et aux obligations de la vie quotidienne que notre société nous impose. Il est toutefois bon d'établir un rythme et de s'y tenir afin de progresser.
Au fur et à mesure de son évolution, la demande de pratiquer davantage vient naturellement. Et déjà dès les premières leçons on peut constater un progrès car rien que de prendre du temps pour soi et de décider de jouer du Tai-Chi Chuan est en soi un plus dans une vie stressée.
Et rapidement le Tai-Chi Chuan s'intègre nécessairement dans le train train quotidien. Ainsi le temps entre la "pratique" et la vie en dehors de la pratique deviendra inséparable.
A un niveau plus avancé, une envie de creuser de plus en plus loin afin d'intégrer les différentes couches du Tai-Chi Chuan se fera sentir et l'investissement en temps sera adapté à cette envie.
19. N'entraîner que les formes est-ce suffisant pour acquérir le savoir "Tai-Chi Chuan" ou est-il nécessaire d'ajouter d'autres exercices?
Pour acquérir du Gong (Kung), soit la maîtrise, il est nécessaire de travailler le corps de plusieurs façons. Les enchaînements sont des groupements de différents mouvements individuels qui servent à imprimer, par leur répétition inlassable, les techniques dans la mémoire du corps.
Comme dans n'importe quel apprentissage, il y a également une progression logique dans l'apprentissage du Tai-Chi Chuan. Le corps doit d'abord être modelé par des exercices d'assouplissements, de renforcements musculaires des jambes, d'alignements structuraux et de concentration. Bien sûr, on pourrait dire que tous ces exercices sont également des bénéfices issus du Tai-Chi Chuan. Néanmoins, pour arriver à un niveau de maîtrise plus important et intéressant, il faut former le corps en parallèle avec l'entraînement des formes. Assurément, les débutants tirent profit d'une mise en route du corps et d'un temps pour entrer dans le mental. Dans cette phase d'apprentissage, le mental est tellement sollicité pour apprendre les mouvements par coeur qu'il est inconcevable d'intégrer encore d'autres objectifs en plus de cette mémorisation. Par contre, dans le Qigong et les postures d'étirement, le pratiquant peut se concentrer sur la démarche sans être troublé par l'enchaînement de mouvements compliqués. Dans notre société stressée, il est aussi important d'avoir un temps pour pouvoir changer de rythme avant de faire un enchaînement.
A un niveau très avancé, le pratiquant peut utiliser la forme pour entraîner tous les différents aspects, étirement, méditation et Neigong. Le Tai-Chi Chuan devient alors un outil à tout faire.
20. Dans quel esprit le Tai-Chi Chuan a-t-il été créé et dans quel esprit pratiquons-nous de nos jours?
Le Tai-Chi Chuan, à l'origine, a été créé pour la défense des siens et de leurs biens. Evidemment, c'était dans un esprit guerrier.
A présent, il y a une longue liste de raisons pour lesquelles le Tai-Chi Chuan est pratiqué. Par exemple, détente, affirmation de soi, souplesse, adaptation, unification, harmonisation, renforcement de la santé physique, engendrer la joie de vivre, aspects interpersonnels, concentration, équilibre physique, équilibre mental, méditation.
21. Pourquoi choisir un art martial ?
Bien sûr, il est rassurant d'avoir quelques techniques en réserve pour le cas où ............ mais surtout, c'est bénéfique de savoir quand on est à sa place et quand on a le droit d'y être.
Nous ne sommes pas automatiquement victimes des circonstances. Un art martial entraîne le discernement, la décision rapide, l'adaptation et la recherche de solution. Un art martial entraîne la discipline personnelle qui débouche sur la patience et la persévérance. Le Tai-Chi Chuan martial augmente la vigilance, la sensibilité vis-à-vis d'autrui et la communication non verbale.
22. Comment se présente l'aspect méditatif du Tai-Chi Chuan ?
Le Tai-Chi Chuan est aussi souvent appelé "Méditation en Mouvement". L'aspect méditatif peut être très important dans la pratique. Dès le début, le joueur peut faire l'expérience de la détente vis-à-vis de ses préoccupations journalières par le "lâcher prise" et par une concentration permanente sur le mouvement. Pour le débutant, la pratique est une préparation à la méditation qui ne pourra se révéler pleinement qu'une fois les mouvements imprimés dans la mémoire de son corps. La méditation va au delà de FAIRE - ainsi cet aspect du Tai-Chi Chuan continue à prendre de l'importance et de l'ampleur tout long de la progression.
23. Pourquoi y a-t-il tant de façon d'écrire Tai-Chi Chuan et quelle est la bonne ?
Tai-Chi Chuan est une transcription phonétique du chinois. Il est bien évident que la transcription des idéogrammes chinois dans notre alphabète est délicate. Rien que la traduction est sujette à des interprétations variées étant donné que les idéogrammes chinois correspondent à des images et sont clarifiés par un texte complet. Pendant la révolution chinoise les maîtres de Tai-Chi Chuan et de Qigong ont fuit leur pays et ont émigrés à Taiwan, en Australie et aux USA, entre autres. Les populations anglophones ont entendu les chinois parler de Taichchuan (une transcription phonétique anglaise). C'est donc de ces premiers groupes de personnes qui ont pratiqué le Tai-Chi Chuan en dehors de la Chine que nous viennent les noms Tai Chi Chuan, Taichichuan, ou Tai-Chi Chuan. Mais cette transcription prête à confusion en raison du mot "CHI" signifiant "énergie vitale" et le mot "Chi" contenu dans le mot Tai-Chi Chuan. "Chi" - énergie vitale - et "Chi" de Tai Chi ne sont pas écrits de la même façon dans la langue chinoise et n'ont donc pas le même sens.
La Chine a finalement développé une langue phonétique standard, appelée Pinyin, pour transcrire les idéogrammes dans notre alphabète. Ainsi la traduction exacte en Pinyin serait Taijiquan - terme qui a été largement adopté dans les pays francophones. Dans notre école, nous avons gardé la transcription anglophone avec l'ajout d'un trait d'union entre Tai et Chi pour rappeler que le Chi ici est lié au Tai et correspond dans l'image de deux idéogrammes signifiant la poutre suprême.
24. Quels sont les 4 qi ?
Cette question nous est venue d'un participant qui a fait des recherches sur Internet. Le concept des "4 qi" n'est pas établi dans notre école. On pourrait imaginer cette division par quatre entre le qi prénatal, le qi postnatal, le qi externe et le qi interne. Cette réponse n'est qu'une réflexion et n'est pas une réponse clef. Les chinois divisent le qi en plusieurs catégories selon les différents enseignements.
25. Que sont les trois trésors ?
Dans le taoïsme, il y a le concept des 3 trésors, Jing - Chi – Shen. Ce concept est aussi intégré dans la philosophie du Qigong et Tai-Chi Chuan. Jing correspond à l'essentiel, traduit parfois par les fluides sexuels, Chi par énergie vitale et Shen par esprit. Il est nécessaire de soigner ses trois trésors pour pouvoir développer son potentiel et rester en santé. On pourrait dire de façon simple que le Jing correspond à l'énergie qui engendre la matière, le Chi à l'énergie qui anime la matière et le Shen à l'énergie qui survivra à la matière. Ici il faut tenir compte du fait que le Jing des trois trésors et le Jing (= le Chi appliqué, ou force) ne sont pas écrits de la même façon en chinois tout en ayant pour nous la même prononciation. Ils ont un sens très différent l'un de l'autre.
© Tai-Chi Chuan Cornelia 2006-2018